Alors, c’est comment le Cambodge ?

Le Cambodge ? Bah plutôt cool quoi ! Nan, sérieusement, heureuse de m’être inopinément retrouvée à fouler le sol cambodgien même si un mois, c’est définitivement trop court : j’ai un véritable coup de foudre pour ce pays. Première agréable surprise : l’eau du Mékong est bleue et non brune comme au Laos. A deux occasions, j’ai pu me baigner dans ses eaux. Magique.

Deux semaines ici et je n’ai toujours pas vu les temples d’Angkor ni le touristique sud du pays. Je fais durer le désir et surtout ne reproduis pas la même erreur qu’au Laos au printemps dernier, où j’avais plus ou moins réussi à sortir des sentiers touristiques après trois semaines dans le pays.

Après quelques jours dans la capitale, je me suis alors dirigée vers l’est du pays : le Mondolkiri au sud puis le Ratanakiri au nord en faisant étape dans la paisible ville de Kratié. A Battambang aujourd’hui, je m’apprête à aller à Siem Reap en bateau (10 heures…) pour enfin découvrir l’une des merveilles du monde : les temples d Angkor.

J’aime les cambodgiens. De bons vivants qui savent ce qu’est un apéro. Il n’est pas rare de se faire alpaguer (par des hommes mais aussi des femmes, alléluia !) et de se retrouver à picoler de la bière locale. Au choix Anchor, Klang ou Angkor Beer. Cul sec la canette pour certains. Des warriors, j’vous dis !

Au pays du sourire (ce sont les brochures touristiques qui le disent et ce n’est pas loin de la vérité), on parle peu du génocide alors que tous les cambodgiens de plus de 40 ans ont des souvenirs de la révolution, des khmers rouges et de Pol Pot.

Il n’est pas rare de trouver des cambodgiens parlant français comme cette jeune trentenaire, rencontrée au milieu de nulle part, qui a été l’assistante du réalisateur Rithy Panh, puis a bosseé au service presse du festival de cinéma de Phnom Penh avant de s’orienter vers la pub car la culture ne lui rapportait pas assez pour assouvir ses envies de voyages. Comme quoi… on peut vivre sur deux continents différents et avoir  des réflexions et une logique, similaires

L’influence chinoise est désespérément prégnante. D’ailleurs, les cambodgiens ont bien arrosé le Nouvel An chinois. Beaucoup de femmes sortent dans la rue dans ce que nous qualifierions de pyjamas pour enfants (pantalon + veste en coton molletonné avec des motifs régressifs). C’est, a priori, leur tenue casual parce que sinon, elles se sapent plutôt bien, avec des fringues Made in China, of course. Les jeunes filles se colorent les cheveux en cuivre et portent souvent des extensions. Seules les femmes des minorités ethniques conservent le traditionnel sarong. Bref ! Cette histoire de pyjama diurne interpelle tous les touristes et la théorie d’une jeune fille de Gap (la ville hein) me fait hurler de rire : « Les cambodgiennes portent des pyjamas car les chinois ont réussi à les persuader que c’était fashion alors qu’en fait, ils font qu’écouler leurs stocks d’invendus, ici ».

Le salaire moyen au Cambodge est de 40 dollars. Un pick-up japonais d occas’ coûte 5000 dollars. Des familles de 5/6 personnes sont capables de se caler sur une seule moto.  La monnaie locale est tellement faible que le dollar US est autant (sinon plus) utilisé que le riel. La majorité des touristes au Cambodge sont français. Le Cambodge est un pays un peu bordélique : moins qu’en Inde mais plus qu’au Laos, en Thaïlande et en Malaisie. Un des ses problèmes majeurs est la déforestation : le Mondolkiri n’est plus qu’une terre brûlée. Les cambodgiens détestent les vietnamiens même si ces derniers les ont libérés des khmers rouges. Il doit me manquer un élément. Les bus locaux sont climatisés et les essieux tordus se redressent grâce à la force humaine. Je n’ai jamais autant fait de moto de ma vie : dans certaines villes, les tuk-tuk sont rares, restent alors les moto-taxi. Le port du casque est obligatoire uniquement pour le conducteur.

Mes cheveux sont brûlés et décolorés par le soleil. C’est ma coiffeuse qui va encore être contente, à mon retour…

Une pensée sur “Alors, c’est comment le Cambodge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :