Sur un tournage de… Danny Boyle !

Bombay, capitale d’un cinéma plutôt commercial, accueille de nombreuses productions étrangères comme l’année dernière celle de Un coeur invaincu avec Angelina Jolie ou actuellement Q&A, titre provisoire du nouveau film du réalisateur anglais Danny Boyle.

C’est l’histoire  d’un jeune indien d’un des nombreux bidonvilles de Bombay qui participe à Qui veut gagner des millions ? (en Inde, le titre est Who wants to be a Millionnaire ? et l’émission est animée par LA star de Bollywood : Amithab Bachchan). Parfaitement illettré, le gamin remporte tout de même une somme importante. Les producteurs commencent à avoir des soupçons : ils pensent qu’il a triché alors qu’il s’est juste inscrit pour retrouver la fille qu’il aime : une fidèle spectatrice du show télévisé.

Avant-hier soir, avec une trentaine de touristes et plus de 200 indiens (figurants castés dans la rue comme nous mais aussi acteurs de compléments professionnels), nous nous sommes retrouvés à « jouer » les spectateurs d’un opéra : Orphée et Eurydice.

Je prends place, aux côtés d’une cinquantaine d’autres touristes occidentaux, dans un autocar en direction du nord de Bombay pour un tournage nocturne dont nous ignorions tout.  Nous savons juste que nous serons rémunérés 400 roupies (j’avais dealé 800, ancienneté oblige !) pour 12 heures de présence : 18h – 6h.

Deux heures de route du quartier touristique Colaba au sud de la péninsule à un terrain vague à Andheri : encore raté pour visiter Film City, les mythiques studios indiens, me dis-je. Les rabatteurs, dont mon ami le jeune Pankaj, nous pressent à pénétrer sous une tente afin de revêtir ce qui sera notre vêtement de scène. Les hommes d’un côté, les femmes de l’autre. Nous devons toutes troquer nos habits de néo-babas pour des robes en lycra. Courtes. Moulantes. Décolletées. Une jeune et jolie russe opte pour la plus sexy de toutes les robes. Certaines jeunes filles geignent : comment entrer dans ces robes lorsqu’on fait une taille 44 ? J’opte pour une robe noire simple, non mécontente de me sentir sexy pour une fois… puisque voyageant seule en Inde, je m’oblige à porter des vêtements amples pour moins attirer les regards dans les rues.

Vêtus de nos habits de lumière, nous prenons place sur des gradins. Une jeune indienne, assistante réalisatrice, nous place et nous demande de nous taire : « Shut up guys !« . Je retrouve mon ami italien, figurant régulier à Bombay depuis plus de dix ans, qui me présente quelques indiens, figurants professionnels, dont un blond aux yeux bleus (sic) qui a des photos de lui posant près de toutes les stars bollywoodiennes sur son téléphone portable et une anecdote croustillante pour chacune de ces photos. Il est minuit et il ne s’est toujours rien passé pour nous.

Nous sommes 300 figurants dont un tiers d’occidentaux, placés au centre des gradins. Des familles indiennes au complet sont présentes et somnolent en attendant les instructions. Devant nous, l’équipe s’active pour mettre en place le plateau : la scène de l’opéra d’Orphée. Je décide de me faufiler en coulisses pour boire un thé et me renseigner sur  ce tournage. J’apprends alors que nous participons au tournage d’un film de Danny Boyle. Mais c’est bien sûr ! C’est Danny Boyle, le monsieur à lunettes que j’observe travailler depuis tout à l’heure ! Toute guillerette, je m’en vais diffuser l’information à mes petits camarades  occidentaux qui s’en contrefichent : ils ont faim et souhaitent manger comme il est prévu dans leur « contrat ». Vers deux heures du matin, l’assistante réal nous aboie qu’il est temps de nous sustenter.

A trois heures du matin, nous reprenons nos places. Les robes sont froissées. Les cravates mal placées. Les bâillements des uns nous rappellent qu’il est tard et que nous avons encore « servi » à rien. Je redescends et discute avec quelques techniciens tout en m’extasiant devant les rushs : le jeune garçon, héros du film, est caché sous les gradins et observe l’opéra. Je discute avec sa mère qui est très fière que son fils soit comédien.

A quatre heures du matin, on nous dit que nous allons entrer en action ! Enfin ! C’est à nous ! Nous tentons de rester dignes malgré la fatigue et jouons le public. Playback. Orphée se lamente deux heures durant de la perte de son Euridyce : J’ai perdu mon Eurydice interprète-il dans la langue de Molière, s’il vous plaît !

Danny Boyle repère la jeune Russe et la place au premier rang. Dernière scène pour nous : standing ovation et hourras enthousiastes. Plusieurs prises sont nécessaires tellement nous sommes mous.

Le jour va se lever. C’est Diwali, le Nouvel An indien, fêté le jour de la nouvelle lune de novembre, aussi appelé « lune noire » puisque la lune est alors invisible. A cette occasion, la production nous offre un surréaliste feu d’artifice.

A 6 heures, le shooting terminé Pankaj m’a demandé de retourner sur le tournage The other end of the line avec le Jesse Metclafe. Déçue de ne pas avoir pu prendre de photos la première fois, le soleil déjà levé, j’ai enchaîné après cette nuit blanche…

Actualisation / Oui, oui, c’était bien le tournage de Slumdog Millionaire !!! Malheureusement, je n’apparais pas à l’image (même au ralenti ! ;-)) mais quelle joie quand même d’avoir assisté à une nuit du tournage ! Finalement, la scène dure deux à trois minutes : c’est celle où l’on voit les mômes voler les porte-feuilles des touristes dans les gradins à Agra. Magie du cinéma ! Nous étions bel et bien dans un terrain vague à deux heures de route du sud de Bombay : le Taj Mahal a été incrusté en arrière-plan.

2 pensées sur “Sur un tournage de… Danny Boyle !

  • 11 novembre 2007 à 06:59
    Permalink

    @ Ceucidit : C’est rigolo que tu ecrives cela, j’ai pense exactement la meme chose… Failli faire un hyperlien sur le blog du monsieur sus-mentionne pis non…

    Répondre
  • 10 novembre 2007 à 10:46
    Permalink

    Ah j’avais vu le bouquin à la fnac…C’est la version indienne de Hors jeu de Bertrand^_^:))

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :