Sur un tournage avec… Jesse Metcalfe !

Grâce à un danois, Christian, rencontré sur le tournage d’une série TV le jour d’avant, je me suis retrouvée à jouer la figurante dans un film aux côtés du jardinier de Desperate Housewives, Jesse Metclafe !

8 heures du mat’, nous avons rendez-vous devant le MacDo de Colaba (quartier des touristes, tout au sud de la péninsule) avec Pankaj, l’assistant d’un des casteurs (une note à propos du business des figurants occidentaux à Bollywood est à venir). Taxi, train de banlieue, auto-rickshaw, deux heures plus tard, nous voici au Marriott un palace, à Juhu, quartier nord de Bombay.

Nous patientons dans le hall d’entrée où un indien joue une musique relaxante (il tape sur des bols plus ou moins emplis d’eau colorée). Un occidental passe devant nous. Il me semble le connaître. Un assistant de production indien nous conduit au dernier étage. Soudain, je réalise que le beau gosse vu dans le hall est le jardinier de Desperate Housewives : Jesse Metcalfe !

J’apprends alors que je suis sur la production d’un film indien coproduit avec les américains au titre provisoire : The other end of the line (distribué par la MGM aux USA en 2008).

Christian est renvoyé à Colaba : il a déjà été figurant trois jours auparavant sur ce même film. Pankaj doit trouver rapidement un autre occidental pour jouer mon mari : il appelle à la rescousse, un allemand Zohran, figurant à Bollywood depuis huit mois !

On me demande de patienter dans le salon de la suite louée. Des scènes sont tournées dans le couloir. Je fais la connaissance d’une australienne : Karen est gogo dancer à Bombay pour six mois. Nue sous un peignoir, elle attend son quart d’heure de gloire : elle est la doublure corps de Sara Foster, une des actrices américaines du film. Nous nous gaussons à l’idée de savoir  que nous allons faire baver nos copines (et certains de nos copains…) lorsqu’elles (et ils…)  apprendront que nous avons approché Jesse Metclafe, le toy boy de Gabrielle !

Le synopsis du film ? Une employée d’un call center indien part à San Francisco pour rencontrer le client américain dont elle est tombée amoureuse par téléphone.

Après deux heures d’attente, c’est mon tour. Jesse et l’actrice indienne, Shriya Saran sont dans le couloir d’un palace aux USA, ils sont trempés, elle doit aller se changer dans sa chambre. Ils ne sortent pas (encore) ensemble, ils se cherchent : regards énamourés… Bref ! C’est une comédie romantique ! Alors qu’ils traversent le couloir, mon mari et moi sortons de notre chambre d’hôtel, heureux d’être en vacances… Nous avons fait la prise cinq fois. Cut !

Nous déjeunons tous ensemble. L’équipe de tournage réduite au minimum l’après-midi, nous devons patienter à l’extérieur. Sympathisant avec le « tea man », j’enchaîne les clopes et le tchai. A 18 heures, on nous dit que finalement, nous n’aurons pas de deuxième scène. Fin. 500 roupies de salaire soit 10 euros (l’équivalent de mon budget quotidien).

Les photos étaient interdites sur le plateau. Lors d’une pause clope, j’ai voulu demander à Jesse de le photographier mais la première assistante américaine (qui n’était pas une rigolote) l’a monopolisé… Je pensais pouvoir retenter ma chance dans l’après-midi mais le destin en a voulu autrement…

L’ambiance n’était pas désagréable mais pas bon enfant. Ils semblaient travailler beaucoup, ne pas trop se connaître entre eux et quelques différences culturelles créaient quelques tensions. Alors que Jesse était très abordable, souriant et blagueur (même si trop américain avec son sourire Colgate), Shriya  (pour qui c’est le premier grand rôle) était capricieuse, maniérée et désagréable avec ses assistantes.

Demain soir, nouveau shooting pour ce film. De 19h a 7 heures du mat’.

Nous serons 80 figurants.

12 pensées sur “Sur un tournage avec… Jesse Metcalfe !

  • 2 octobre 2008 à 21:43
    Permalink

    bjr, un vrai plaisir de lire vos aventures bollywoodiennes moi qui fait partie d’une asso humanitaire sur l’inde avec laquelle nous organisons des Bollywoods nights dans le sud de la france, eh bien , je ne suis jamais allée en Inde !!! Alors il me reste l’imagination et les souvenirs des internautes…notre asso si ça vous intéresse : so-bollywood.com

    Répondre
  • 9 novembre 2007 à 22:58
    Permalink

    Beuh mon commentaire de tout à l’heure n’est pas passé ?
    Je recommence alors !
    J’espère que tout va bien se passer ! En tout cas, tu nous donnes toujours autant envie de voyager !

    Répondre
  • 9 novembre 2007 à 17:19
    Permalink

    @ Ceucidit : Suis retourne sur le tournage aujourd’hui et il a refuse de poser pour une photo, le salopiot !
    @ Julie : Je reste figurante, hein… dans un film de Danny Boyle… il est vrai… A suivre demain.

    Répondre
  • 9 novembre 2007 à 16:53
    Permalink

    Et si on se réfère à ton blog it du jour ça devient de plus en plus incroyable !!! Allez racoooonte.

    Répondre
  • 8 novembre 2007 à 05:56
    Permalink

    @ Martin : Si je te fais rire… 🙂
    @ Le Mat : Tu touches un vrai probleme : l’illegallite de ce business…
    @ Emmanuel Brunet : Jesse est alcoolique et gay… Faut pas oublier que je lis Voici, hein ! 🙂
    @ EmilieG : Apres ca, je peux mourir… 🙂
    @ Ma chere Lily : Ouais, assez contente des debuts… J’fais ma craneuse… 🙂

    Répondre
  • 8 novembre 2007 à 00:12
    Permalink

    En effet la deuxième saison de Céline In the Road commence sur les chapeau de roues….;)

    Répondre
  • 7 novembre 2007 à 21:49
    Permalink

    Y’en a déjà une qui bave là!!!! 😉
    Bravo miss bollywood pour cette première but not least apparition sur le grand écran.

    Répondre
  • 7 novembre 2007 à 10:16
    Permalink

    500 roupies, Quel cachet ! Tu crois que tu pourras t’inscrire aux Assedic du Spectacle en rentrant ?
    Trève de plaisanterie, je trouve vraiment que ce voyage démarre de manière extraorinaire et géniale. Cela nous emmène très très loin, tu sais, nous qui sommes restés ici. Beso

    Répondre
  • 7 novembre 2007 à 10:00
    Permalink

    ravi de te lire ma belle, et donc de prendre de tes nouvelles. Je ris de tes aventures. Et me dis que tu as bien de la chance d’être là où tu es. Profite, et surtout raconte nous tout!
    Je t’embrasse,
    Martin

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :