Au revoir la jungle cambodgienne…

Un mois dans la jungle cambodgienne à vivre au quotidien avec les villageois de Chi Path restera un souvenir singulier.

Les sentiments s’entremêlent car comme d’habitude, difficile de prendre du recul lorsque les énergies positives mais aussi négatives vous happent, vous liquéfient, vous transcendent, vous exténuent, vous enrichissent, vous offrent d’autres points de vue et vous euphorisent aussi.

Ma première victoire à Chi Path fut de ne plus avoir à expliquer, chaque matin, la tête en vrac alors que beuglent des catcheurs en stéréo avec un ghost movie sur les deux télévisions du bar du coin, comment j’aime mon café du matin. J’avais même pris l’habitude que les deux premiers mots entendus chaque jour soit un toniruant « Hello Barang ! » gueulé par une vietnamienne de 1m50 qui clope toute la journée.

Dans la jungle cambodgienne, j’aimais traîner prés de la rivière et me faire maltraiter par des gosses, un peu sauvages mais si attachants ! Souvent, je ressortais de nos batailles, exténuée mais avec l’espoir que je les avais un peu amusés.

Dans la jungle cambodgienne, j’ai dépensé une fortune à faire laver mes fringues, juste parce que je kiffais la lingère et ce, même si nous avons jamais réellement pu converser à cause la langue.

Dans la jungle cambodgienne, j’ai adoré passer des heures avec Sheeva, Tida, sa fille de onze mois et sa mère. Parfois, je faisais la baby-sitter pour que Sheeva puisse aller au marché plus tranquille. Parfois, je goûtais des fruits toujours trop acides qu’elle ramenait du marché. Les derniers jours, je faisais marcher Tida. Sûre qu’elle va faire ses premiers pas, bientôt.

Dans la jungle cambodgienne, je buvais des bières avec les fêtards du village, papotais de longues heures avec Mr Sen et Mr Lan, les deux professeurs d’anglais ainsi qu’avec les guides touristiques, anciens braconniers, qui aujourd’hui ont leurs revenus mensuels qui ont augmenté de façon exponentielle : jusqu’à 1000% pour certains !

Dans la jungle cambodgienne, je kiffais Mom, notre logeuse et cuisinière et plus globalement une redoutable de businesswoman : loueuse de robes de soirées, DJ, photographe et bientôt restauratrice.

Dans la jungle cambodgienne, il se passait toujours quelque chose : y a eu le jour où nous avons fait une Spaghetti Party, le jour où nous avons mangé de la viande de chien, le jour où nous avons été invité à une Kebab Party, le jour où nous avons sifflé une bouteille de Pastis etc etc

Dans la jungle cambodgienne, j’ai célébré trois mariages et bu à ces occasions des hectolitres de bière tout en dansant autour des tables comme les khmers.

Dans la jungle cambodgienne, j’ai rencontré un franco-irlandais qui se démène pour que les villageois soient plus autonomes à la fin de l’année quand l’ONG américaine qui l’emploie se désengagera financièrement de ce projet écotouristique, estimant le projet viable économiquement. Merci à lui pour sa confiance même si…

Dans tous les cas, je ne remercierais jamais assez les villageois de Chi Path qui font preuve d’une belle curiosité envers les cultures étrangères et qui ont tant de générosité en eux et tout particulièrement, Veasna, un type qui mérite être connu et qu’il faut à tout prix rencontrer si vous allez à Chi Path.

En espérant que l’appât du gain ne salisse pas cette belle idée de sauvegarde de la forêt des Cardamones et continuent d’améliorer les conditions de vie des ces anciens braconniers et bûcherons grâce à un tourisme responsable. Tourisme qui doit continuer de peser pour que le gouvernement cambodgien ne brade pas ces terres aux chinois pour un profit à court terme et un désastre écologique à moyen terme.

Ces trois mois au Cambodge se terminent : m’en vais me la couler douce à Otres Beach avant de rentrer en France. Je reviendrai.

ACTUALISATION 2015 / Suis retournée à Chi Path en novembre dernier où j’ai fêté mes 40 ans avec Veasna, Sheeva, Lee Heng, Sophany etc etc. C’était chouette de tous les revoir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *