Premières gorgées de Lao Lao

Après deux semaines au Laos, j’ai commencé à entrevoir un Laos plus « authentique » à Nong Khiaw et Muang Ngoi, deux villages au nord de Luang Prabang. Deux villages où je me suis attardée une semaine.

Toujours point de narration sur ce blog de qui sont les laotiens, de comment ils appréhendent la vie, le monde ou l’avenir, de quelques infos sur leurs us et coutumes puisque je n’en sais toujours fichtrement rien ! Bien sûr, j’ôte mes tongs avant de pénétrer dans un temple (bouddhiste) ou une maison, je répète sabai dee qui signifie « bonjour » cent fois par jour et reçois 90 lumineux sourires mais les échanges ne vont pas beaucoup plus loin : barrière de la langue ? Timidité ? Envie de préserver leur culture loin des questions/regards des falangs (nous) ? Certainement un peu de tout ça…

Je compense donc en sympathisant avec des routards – souvent des filles seules itou : israeliéns, canadiens, anglais, australiens, américains… Paradoxalement pour une ancienne colonie française, je ne rencontre que très très peu de frenchies ! Mais pour tout vous avouer, ces rencontres pourtant riches n’étanchent pas ma soif de curiosité envers le pays visité et ce même si les paysages sont époustouflants !

Quelques moments de grâce cependant avec des petites filles très joueuses, avec une laotienne émigrée à Choisy-le-Roi qui suit, sur place, depuis an, les travaux de son futur hôtel, avec Somdy avec qui j’ai disputé une partie enflamme de pétanque, avec un vieux monsieur qui m’a enivré avec un alcool local, le Lao Lao et offert du tabac organique que j’ai fumé dans une feuille de bananier, avec une vendeuse de bambou sur un marché que j’ai fait rire aux éclats en essayant de ramasser mes cheveux sur le devant afin de me faire un chignon comme le sien, avec un jeune khammu qui m’a ému aux  larmes avec son chant traditionnel, avec une adolescente qui pêchait les poissons avec ses mains…

Quelques anecdotes croustillantes aussi comme celle où  je visitais un village khammu et que d’une banale question (combien d’enfants avez-vous ?), je me suis retrouvée à parler de contraception et de préservatifs avec des villageois rebelles au latex : « Avec un préservatif, tu ne fais pas vraiment l’amour à ta femme » ou comme celle où la direction du bateau a cassé dans des rapides : le conducteur a alors coupé le moteur  avant que nous nous prenions un rocher de plein front ! Je vous avoue avoir été prise d’un profond doute : je plonge maintenant avec mon sac et mon ipod, appareil photo, enregistreur numérique, passeport, carte bancaire… ou je tente d’amortir le choc et improvise ?

Sinon, pour continuer dans la lignée, alors que je m’apprêtais à aller toujours plus au nord, voilà-t-il pas qu’une aussi soudaine que violente irruption cutanée sur les bras et dans le dos m’ont fait rebrousser chemin jusqu’à Luang Prabang où je me badigeonne de pommade à la cortisone et me gave d’anti-staminiques : il semblerait que je sois allergique à la chaleur et la sueur. Bravo…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *