Première fois sur blog 2 voyage ?

Comment la raconter, cette histoire d’un voyage unique, d’une unique communion d’âmes, d’une existence si merveilleusement exaltée et spiritualisée ? Herman Hesse

Bienvenue sur blog 2 voyage, un blog voyage dont c’est la cinquième version* et sur lequel je tente de vous raconter au mieux 1001 aventures vécues. Ci-dessous un aperçu chronologique de mes principaux voyages hors Europe :

1995 – Turquie

De mon premier voyage hors Europe, je me souviens d’une arrivée à l’aube à Istanbul et d’avoir été subjuguée par la majestueuse Mosquée Bleue avant, fébrile, de réaliser que si je me retournais, Sainte-Sophie me ferait face. S’en fut un voyage d’un mois de Bursa à Antalya en passant par la Cappadocce et Pamukkale quand on pouvait encore se baigner dans ses eaux chaudes. Vingt ans plus tard, je bénis encore le vieux monsieur qui avec une herbe de son jardin me sauva d’une occlusion intestinale…


1996 – Turquie et Syrie

Deuxième voyage en Turquie où j’ai poussé cette fois jusqu’aux rivages de la Mer noire, Sivas,  les terres kurdes et plus particulièrement Van et son lac et Doğubeyazıt au pied du Mont Ararat malgré les nombreux contrôles de l’armée turque avant de traverser la frontière pour  la Syrie où à Alep, j’ai pris plaisir à me perdre dans la médina avant de rencontrer le formidable guide francophone Fadol, fan de Voici et Gala, qui me présenta le muezzin de la Grande Mosquée. Souvenirs émus également de la cité antique de Palmyre, d’une magique soirée avec des réfugiés irakiens à Deir Ez-Zor où j’étais allée pour contempler l’Euphrate, de la visite du Krak des Chevaliers et de ces quelques jours, à l’ombre de la Grande Mosquée des Omeyyades à Damas, à fumer la chicha et manger des glaces avec un jeune couple d’étudiants en pharmacie.


2003 – Mauritanie, Sénégal, Mali, Maroc et Espagne

Seule, pour ce premier voyage au long cours, je me suis envolée pour Atar dans le Sahara mauritanien : le climax du choc des cultures ! Pendant cinq jours, j’ai partagé le quotidien de deux chameliers et six chameaux de Ouadane à Chinguetti puis passé deux semaines dans une oasis de l’Adrar grâce à l’hospitalité d’une famille maure. A Nouakchott, j’ai subi trois longues heures en garde à vue parce que j’avais photographié une manifestation contre l’occupation américaine en Irak avant d’être libérée par le fils du Ministre de le la Sûreté Nationale qui avait le même marabout que le mec qui m’embauchait pour créer un site internet pour son auberge. A Nouakchott toujours, j’ai porté une melhafa (tenue des femmes maures), mangé du chameau ou de la chèvre à quasiment tous les repas et me suis faite courser par un saoudien qui menaçait de me fouetter en pleine rue avec sa ceinture en cuir. Le site internet de l’Auberge de la Dune en ligne, j’ai poursuivi mon voyage au Sénégal où j’ai d’abord dansé collé-serré dans les clubs de Saint-Louis avant d’assister à un combat de boxe sénégalaise dans le Siné Saloum qui s’est terminé en baston générale puis ai passé une semaine inoubliable dans la famille de « Demi-Dieu », un jeune homme alcoolique à Bakel. Après un voyage épique en train (40 heures !) depuis Tambacouda, je suis arrivée à Bamako au Mali mais après deux semaines à suer comme jamais (48 degrés à l’ombre), je me suis envolée pour le Maroc où j’ai rencontré, dans le Rif des « agriculteurs » locaux qui m’ont montré comment transformer de la marijuana en cannabis avant de me la couler douce dans les médinas de Fès et Tanger et de rentrer en France par la route via l’Andalousie.


Blogueuse sur la plateforme cadresonline, dés décembre 2005, avec pour pseudo Voyageuse Provisoirement Sédentarisée (sic),  j’ai logiquement continué à écrire sur le net lorsque je suis partie en Inde, un an plus tard…

2007 et  2008 – Inde

patel
Mon ami Patel à Khajuraho

Seule avec mon sac sur le dos, j’ai eu un véritable coup de foudre pour ce pays où j’ai commencé par m’improviser photographe de plateau pour un film tibétain, avant de donner des cours de français et des english conversations pour une ONG à Dharamsala, puis au Rajasthan, j’ai dû refuser de dépuceler un jeune indien avant sa nuit de noces, me suis prise pour l’épouse d’un maharadjah à Udaipur,  ai posé telle Lady Di devant le Taj Mahal, ai été accusée de faire travailler un enfant, de célébrer Losar (le nouvel an tibétain) dans une famille du Sikkim, de participer activement à une puja allant jusqu’à embrasser les pieds d’un gourou hindou, de me joindre à une procession nocturne avec des centaines de musulmans, d’arpenter les ghats de Varanasi, les faubourgs de Calcutta et le delta du Gange dans les Sunderbans à la recherche de tigres du Bengale et de rencontrer à Khajuraho (la ville des temples millénaires aux sculptures érotiques), mes amis Patel, Santosh, Amit et Dinesh. Tout ça pour finir par refuser, à Goa, une aventure avec un canadien élu « Père Noël le plus sexy de New-York« …

Suite à ce premier voyage connecté, grâce aux votes des internautes,  j’ai gagné le 3ème Prix Expédia Blog de Voyage 2007 ! Avec les 1000 euros remportés, bah… je suis repartie en Inde et ai continué de bloguer.

rina
Avec ma très chère Rina dans les Sunderbans

De retour sur les terres du tout est possible, j’ai engagé une carrière de figurante à Bollywood où  j’ai côtoyé Jesse Metcalfe, le jardinier de Desperate Housewives puis Danny Boyle sur le tournage de Slumdog Millionnaire. Dans le Kerala, j’ai vécu deux semaines sans carte bancaire et donc sans argent, suis montée à cru sur un éléphant et ai chanté Petit Papa Noël à la télévision indienne. Dans le Karnataka, j’ai prié la déesse de la prospérité (Lakshmi),  un soir de pleine lune, pieds nus dans des rizières avec des indiens de l’ethnie kodava, armés de poignards traditionnels,  ai filmé toute la cérémonie religieuse d’un mariage (à la demande des époux) et ai sympathisé avec des musulmanes, adeptes de la burqa. A Mysore, j’ai tenté de fabriquer des bidis dans un atelier artisanal. Au Tamil Nadu, j’ai dormi dans un couvent et « visité » à la demande d’une nonne vendéenne installée depuis plus de 50 ans en Inde, une léproserie où elle officiait. A Calcutta, j’ai dormi dans un palace (le Grand Oberoi), assisté à un workshop d’une semaine au Satyajit Ray Film & Television Institute avec la crème des cinéastes documentaristes indiens et fortement sympathisé avec le « bébé sans bras sur la photo avec Mère Teresa », l’extraordinaire Amanda. De retour dans les Sunderbans, j’ai recherché et trouvé un village où vivent de nombreuses veuves, partagé pendant une semaine le quotidien d’une famille, cuisiné un gratin dauphinois dans lequel j’ai dû ajouter des piments verts et tenu un discours improvisé devant 400 élèves à l’occasion des 60 ans de la mort de Subhash Chandra Bose.

Suite à ce deuxième voyage connecté, j’ai été invitée par le directeur d’un cinéma en Auvergne à venir parler de mes aventures : quel bonheur de partager oralement mes expériences et répondre aux questions du public ! A réitérer.

printemps 2009 – Malaisie

Après 9 mois en Inde, je décide de changer de destination et hop direction l’Asie du Sud-Est avec la Malaisie et la partie malaisienne de l’île de Bornéo. Hyper connectée en Inde, l’envie de bloguer disparaît pendant ce nouveau voyage.

tioman-island
Avec Raman sur l’île de Tioman

Initiée au snorkelling sur l’île de Tioman par Raman, un ancien militaire malais,  j’ai découvert un nouveau monde, le monde sous-marin. A Bornéo, dans l’état du Sarawak, j’ai navigué sur les fleuves à bord de pirogues, dormi dans les fameuses maisons longues, bu des litres d’alcool de riz avec le chef d’un village tandis que des vieux se rappelaient des chants traditionnels oubliés, me suis baignée sur les plages désertes du Parc National de Bako sans savoir qu’elles étaient infestées de crocodiles et ai été sous perfusion toute une nuit dans un insalubre hôpital au milieu de nulle part parce qu’on m’avait faussement diagnostiqué la dengue.  A Kuching, je suis devenue bien pote avec des tatoueurs ibans, arrière-petits-fils de chasseurs de tête. A Belaga, j’ai découvert, lors d’un trek avec un américain, faisant parti de la garde rapprochée du Dalaï Lama, une jungle dense avec des orangs-outans, des plantes carnivores, des abeilles tueuses, des araignées géantes et des serpents venimeux.


hiver 2009 – Inde et Bahrein

dinesh
Mon pote Dinesh à Khajuraho

Sur la route du Népal, je suis passée saluer mes amis à Khajuraho et aidé le commis de cuisine de mon hôtel à choisir une épouse. Bref !  Je ne suis jamais allée au Népal mais ai visité tous les membres de leur famille dans les villages avoisinants poussant même jusqu’à Chitrakoot à l’occasion d’un pèlerinage où, avec Dinesh et son cousin, j’ai marché pieds nus autour d’une montagne sacrée avant de me baigner dans les eaux du Gange. On a même fini par pousser dans l’Uttar Pradesh, au coeur d’un village où je serais la première occidentale à y avoir pénétrer.

Lors du retour en France, halte technique de 24 heures au Bahrein grâce à Gulf Air : j’ai ainsi eu l’occasion de pisser dans les toilettes en marbre d’un luxueux centre commercial avant de boire un whisky dans une discothèque où des émirs enturbannés payaient des prostituées russes habillées en pom pom girls américaines.


printemps 2010 – Thaïlande et Laos

akha
Avec une dame akha sur la route pour Phongsali

 Après une arrivée chaotique  à Bangkok en Thaïlande, la découverte du paradis avec le lagon turquoise de Ko Wai, un séjour de trois jours à dans un hôpital thaïlandais où une jeune fille Phrunt m’a sauvée de la dépression, j’ai poursuivi mon voyage au Laos. A Vientiane, j’ai longuement discuté avec un français accro à l’opium.  A Vang Vieng,  je me suis essayée au tubing avant qu’un violent orage tropical ne mette fin à mon éphémère carrière de DJ au Rock Bar. Luang Prabang visité, j’ai commencé à aimer le Laos dans les villages de Nong Khiaw et Muang Ngoi où j’ai joué des parties de pétanques endiablées, fumé du tabac local roulé dans des feuilles de bananiers et rencontré des femmes d’ethnies vivant dans les montagnes. A Luang Nam Tha, je me suis essayée au karaoké et au filage du coton avec un rouet. A Vieng Poukha, a débuté un épique trek où j’ai grimpé une montagne sept heures durant avec un groupe de femmes akha (un peuple tibéto-birman qui perpétue des rites ancestraux) pour passer une nuit dans leur village. A Phongsali, j’ai cherché (en vain) un village où se distillerait du Lao Lao. J’ai terminé ce périple au Laos par cinq jours de pure solitude en traversant le Mékong sur un bac comme dans L’amant pour le longer jusqu’à Vientiane via Boun Taï, Sanyabuli et Pak Lai.


hiver 2010 et printemps 2011 – Inde, Sri Lanka, Cambodge et Malaisie

john-abraham
Avec la star John Abraham à Bollywood

De retour en Inde pour la quatrième fois, j’ai passé un mois à Bombay à jouer la figurante à Bollywood pour un film bangladais cheap, un blockbuster qui m’a permis de discuter avec Irrfan Khan (célèbre en Occident depuis le succès de The Lunchbox), un soap opéra qui met en scène le meurtre de la touriste anglaise Scarlet Keeling (chose que j’ignorais à l’époque) à Film City, une pub pour Sprite, une superproduction où j’ai même incarné la mère de Katrina Kaif et un film de science-fiction avec Shah Rukh Khan et Kareena Kapoor ! En parallèle de ces rocambolesques expériences, j’ai sympathisé avec la petite fille de Gilles Deleuze, raté un casting pour une pub, obtenu un job d’hôtesse dans un mariage de Nouveaux Riches Indiens du Gujarat  et me suis tapée l’incruste à un discours de Sarkozy alors président.

Suite à ce mois que j’ai toujours l’impression d’avoir rêvé, je me suis envolée pour le Sri Lanka où j’ai passé les fêtes de fin d’année avec le gars qui avait racheté le fameux restaurant français de Kaboul au vrai gars interprété par Gilbert Melki dans la série Kaboul Kitchen. A Hikkaduwa, Mirissa et Tangalle, les pieds dans l’Océan Indien, je me suis goinfrée de homard, descendu quelques verres d’alcool de riz avec les pêcheurs et écouté les locaux raconter le tsunami du 26 décembre 2004. A Colombo, j’ai partagé le quotidien d’une expatriée française et à Kandy, j’ai formé une famille hétéroclite avec les touristes de la Pink House Hotel, QG de Tony Wheeler (fondateur du Lonely Planet), tenue par une improbable femme. La pluie bloquant l’accès de nombreuses routes à travers la pays, j’ai improvisé en m’envolant pour 100 dollars au Cambodge.

kreung
Avec ma copine kreung dans le Ratanakiri

Au Cambodge, j’ai passé la première journée à pleurer suite à la visite du camp S21 et à la mesure de l’ampleur du génocide khmer. A Phnom Penh, j’ai fêté la Saint-Patrick avec la communauté expat’, fait une soirée électro sur un bateau navigant sur le Mékong et dansé sur un podium dans un club local sur une version khmère de Poker Face de Lady Gaga. Dans le Mondolkiri, j’ai bu un coca dans un bar où un homme tuait un porcelet à coups de bâton sur la tête. Dans le Ratanakiri, j’ai fumé la pipe avec des femmes de l’ethnie kreung. A Siem Reap, j’ai admiré les temples d’Angkor et plus particulièrement, le Bayon, à l’aube, seule. Sur l’île déserte de Ko Totang, j’ai expérimenté la Slow Life. A Chi Path dans la jungle cambodgienne, j’ai plus ou moins bossé pour Wildlife Alliance, une ONG américaine, mangé de la viande de chien accompagnée d’une sauce noix de cajou, bu du Jungle Juice, appris la danse traditionnelle khmère pour assurer lors des trois mariages auquel j’ai été invitée, pêché la crevette (de nuit), fait des virées dans la jungle à trois sur un scooter, me suis lavée à la khmère pendant plus d’un mois avant de terminer mon voyage (comme tous mes voyages en Asie du Sud-Est) par l’île de Tioman en Malaisie avant d’embarquer sur un bateau de pêcheurs pour rejoindre un pote originaire d’Alaska qui enseigne le kayak à de riches adolescents singapouriens sur l’île de Sibu en Mer de Chine.


printemps 2012 – Venezuela et Brésil

pemon-atto
Avec Atto à Canaima

Pour une première fois en Amérique du sud, j’ai choisi le Venezuela car un de mes amis y vit. Dés le premier jour, je me suis retrouvée à défiler dans les rues de Caracas aux côtés de milliers de chavistes pour « célébrer » les dix ans d’un coup d’état manqué avec Hugo Chavez en guest spécial au balcon présidentiel  ! Chaude ambiance. A Ciudad Bolivar, j’ai dansé (et bu du rhum…) jusqu’à deux heures du mat’ avec trois policiers et un vieux cocaïnomane dans une rue déserte. Dans le Delta de l’Orénoque, j’ai échappé à la morsure d’une vipère. Dans la Gran Sabana, j’ai co-piloté un Cessna 182 au-dessus des tepuys et dans le Parc national de Canaima, j’ai contemplé la plus haute cascade du monde (979 mètres), Salto Angel après une folle journée en pirogue.

lascar-amazone
Avec les lascars sur l’Amazone

Après avoir réalisé que je n’étais qu’à neuf heures de car du Brésil, je suis allée à Manaus où j’ai passé une soirée enchanteresse à l’opéra puis dans des rades de rock avant de passer une semaine sur un bateau au fil de l’Amazone à boire des bières, dormir dans un hamac, regarder le lever du soleil, regarder le coucher du soleil, dormir, boire des bières pendant que des lascars tentaient de m’impressionner avec leurs virils bras de fer


 été /automne 2013 – Malaisie, Singapour, Indonésie, Inde et Qatar

mila-kalabahi
Avec Mila et sa maman à Kalabahi

Retour pour la quatrième fois sur l’île de Tioman pour faire découvrir à mon copain ma plage préférée au monde puis visite de Singapour avant la découverte de l’Indonésie : à Bali, nous avons assisté à un combat de coqs et nous sommes essayé à la méditation face aux rizières de Tirtagangga. Au Timor Ouest,  nous sommes allés à la rencontre de villageois animistes à Boti et Temkessi, avons  passé quelques journées/soirées joyeuses avec des étudiants protestants de Kupang en mission humanitaire à Desa Anim. Sur l’île d’Alor, nous avons joué les facteurs en apportant des photographies à des villageois cinq ans après qu’elles aient été prises par un voyageur français, avons campé avec des pêcheurs sur une île déserte, tenté d’explorer en scooter les régions montagneuses où vivraient encore tribus primitives et fêté Idul Fitri, la fin du ramadan. A Florès, nous avons été pris en stop par un prête et des nonnes avec qui nous avons appris des danses traditionnelles lors de la fête annuelle qui se tient au sommet du volcan Kelimutu. A Riung, nous avons loué des bateaux pour s’échouer sur plusieurs des 17 îles désertes du Parc marin avant de rejoindre Bajawa à pied et en stop (70 kilomètres). A côté de Bajawa, nous avons participé à une journée de communions massives avant d’accepter l’invitation de Maria de faire la fête toute une nuit à Wogo, un village animiste.

apatani-femme-selfie
Avec Papi dans la Vallée de Ziro

De retour à Bali, nous nous sommes offerts une nuit dans une villa paradisiaque avant de nous envoler pour Calcutta puis les Sunderbans où j’ai retrouvé mon ami Rina, cinq ans après notre première rencontre. Sur l’île de Majuli dans l’état de l’Assam, nous avons logé dans des bungalows traditionnels tenus par une famille de l’ethnie Mishi, répondu à deux interviews télévisées sur le tourisme à Majuli et avons assisté à une représentation privée des célèbres moines dansants. Dans l’Arunachal Pradesh et plus particulièrement dans la Vallée de Ziro, nous avons appris à connaître la tribu Apatani et avons sympathisé avec de vieilles femmes avec des plugs nasaux (vieux rituel pour enlaidir les femmes afin que les mâles des tribus voisines ne les kidnappent). A Daporijo, nous nous sommes prêtés au jeu d’une séance photos organisée par le directeur du Singhik Hotel dont nous étions les premiers clients occidentaux. A Daporijo toujours, le représentant du ministère du tourisme indien nous a littéralement obligé à rester pour visiter les environs dont un village où l’on casse des cailloux de 7 à 77 ans, du lever au coucher du soleil. Après trois jours de voyage éreintant en sumo conduit par des adolescents imprudents sur des routes montagneuses sinueuses, nous avons dû rebrousser chemin à 12 heures de la tant convoitée vallée interdite de Mechuka à 22 kilomètres du Tibet à cause éboulements de terrain… A Varanasi, nous avons célébré Durga Puja alors que les ghats étaient inondés en cette fin de mousson avant de retrouver mes amis à Khajuraho, toujours fidèles depuis notre rencontre en 2007. Nous avons terminé notre voyage en fêtant mes 39 ans face au Taj Mahal puis en dînant dans un quartier d’hipsters à Delhi avec Clément, l’un des fondateurs de Planet Ride.

Notre avion retardé, nous avons passé une soirée à arpenter la corniche à Doha au Qatar avec des immigrés éthiopiens qui nous ont raconté leurs dures conditions de travail.


printemps 2014 – Maroc

mariama-souad
Avec Mariama et Souad dans la Vallée de l’Ounila

Toujours avec Matthieu, nous nous sommes envolés pour Marrakech où nous avons rencontré Bader et ses amis musiciens gnawas avec qui nous avons passé une nuit à festoyer dans un ksar de la médina puis avons marché de casbah en casbah entre Télouet et Aït Benhaddou où nous rencontré la famille de Mr Abdallah avec qui nous avons partagé de nombreux moments de grâce. Enfin, à Ouarzazate, dans les studios de cinéma où ont été tournés des films comme Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre, Le diamant du Nil ou Les Gladiateurs, j’ai dansé sur Happy de Pharell Williams avec le sosie officiel marocain de Oussama Ben Laden.


 hiver 2014 – Cambodge

sophany
Avec Sophany et Matthieu à Chi Path

A Chi Path, dans la jungle des Cardamones au Cambodge, j’ai sabré une bouteille de Veuve Cliquot pour célébrer mes 40 ans avec mes amis Veasna, Sophany, Leeheng, Sheeva et sa famille puis enchaîné avec huit interminables journées et nuits dans une chambre d’hôtel à Phnom Penh avec le… chikungunya : le docteur franco-khmer Gaëtan Khim m’a heureusement remis sur pattes et ma convalescence s’est déroulée sur l’île paradisiaque de Koh Ta Kiev à Coral Beach où Matthieu s’essayait à la pêche au harpon. Seule, une petite semaine à Kep pour se gaver de crabes au poivre et une visite (décevante) du Bokor Palace dans les hauteurs de Kampot nous ont extirpés de cette île vouée à devenir un complexe touristique pour riches chinois…


printemps 2015 – Israël et Territoires palestiniens

Mes amis curieux de ce voyage en solo en Israël et dans les Territoires palestiniens me demandent de les tenir informés régulièrement. Une folle envie de bloguer me reprend.

palestine
Ramzi, mon hôte à Ramallah

Au printemps 2015, c’est seule que j’ai découvert Jérusalem, que j’ai fait le shabbat dans une colonie juive avec des hassidim avant de faire du couchsurfing à Bethléem, Hébron et Ramallah et d’entrapercevoir ce qu’est vivre sous l’occupation israélienne lorsqu’on naît en Palestine. Mon hôte Ramzi m’a emmenée aux journées portes ouvertes de l’Ecole de Cirque Palestinienne à Bir Zeit où le clou du spectacle était une démonstration des pompiers locaux pour éteindre un feu de voiture, puis nous avons bu de la sangria à la Spanish Fiesta organisée par les expatriés espagnols de Ramallah où j’ai rencontré de nombreux occidentaux qui travaillent pour l’ONU/l’UE/des ONG. Avec Marie, franco-japonaise installée en Cisjordanie depuis trois ans, et ses amis palestiniens, nous sommes allés nous baigner dans la Mer morte et nous essayer au bain de boue. J’ai terminé ce voyage en goûtant le poisson fraîchement pêché par Cap’tain Saddou à Akko et les salades free gluten dans les échoppes bohèmes de vieux Jaffa.


hiver 2015 – Indonésie et Birmanie

martin-luther-pak
Notre hôte papou à Gam Island, Monsieur Martin Luther Pak

Samedi 14 novembre 2015, à l’aube, alors que le Bataclan n’est pas encore évacué (8 heures de décalage horaire), je m’en vais, insouciante, découvrir l’atoll de Pianemo dans les Raja Ampat, un archipel en Papouasie Occidentale. Sur la pirogue, un hollandais avec de la 3G me parle des attentats… Entre paradis et enfer, entre larmes et émerveillement, cette journée particulière restera à jamais marquée dans ma vie… De retour sur la terre ferme, à Kri Island, j’ai préféré quitter mon hamac face au lagon où je me prélassais depuis dix jours pour passer la dernière semaine, avant mon vol pour Rangoon, à Jodjakarta, une ville vivante, urbaine, jeune, culturelle : envie de bières, de bouffe occidentale, de mouvement et de connexion WIFI pour savoir comment vont les amis, la famille, les collègues et les français. Finalement, je me suis tout de même accordé un un week-end spirituel à Borodubur.

selfie_effectedA Rangoon, je photographie tous les bâtiments coloniaux délabrés entre deux pauses dans des maisons de thé tout en me demandant si je ne m’expatrierais pas bien là avant de filer au sud :  à Mawlamyine (Etat Môn) où je rencontre (à l’heure de l’apéro) un vieux pote perdu de vue depuis deux ans puis à Hpa An (Etat Karen) où je vis l’un de mes plus tendres moments de voyage. Sur les bons conseils de mon pote-perdu-de-vue,  je traverse le pays du sud au nord en bus et train pour atteindre le village de Lonton, sur les rives du Lac Indawgyi (Etat Kachin), qui s’avère se situer non loin des mines de jade de Hpakant où 130 hommes ont péri trois semaines auparavant à cause d’un éboulement de terrain mais surtout à cause de l’insalubrité des lieux malgré les 31 milliards de US$ que rapporte l’extraction de la pierre de jade à quelques proches de la junte. Je termine ce nouveau périple de deux mois par rejoindre de Katha, en ferry sur le fleuve Irrawady, le site archéologique de Bagan avec ses milliers de temples bouddhistes.

Une escale de 17 heures à Istanbul me ramène vingt années en arrière… Lors de mon premier voyage hors Europe… Que d’émotions !


hiver 2016 – Vietnam

dzao-vietnam
Avec mes hôtes Dzao dans le village Nam Tam

A 16 ans, j’ai découvert l’oeuvre de Marguerite Duras et j’ai commencé à rêver du Vietnam. Pourtant, ce n’est que 25 ans plus tard, que je me suis décidée à poser le pied à Saigon tant les nombreux retours négatifs de touristes me dissuadaient de prendre le temps de visiter ce pays… Contre toutes attentes, j’ai adoré le Vietnam : de Saigon au delta du Mékong, de l’île de Phu Quoc à la province de Ha Giang, du village de An Bang à la cité impériale de Hué. La boucle d’une semaine en scooter à l’extrême nord-est du Vietnam restera le summum de mes voyages en Asie du Sud-Est.

Après ce pic émotionnel et après 13 mois au total en Malaisie, Thaïlande, Laos, Cambodge, Indonésie et Birmanie, il est temps pour moi d’explorer d’autres continents… .

* Versions précédentes : Voyageuse Provisoirement SédentariséeUne funambule en Inde, SabKuchMilega et Indorama.