L’équilibre du monde de Rohinton Mistry

La quatrième de couv’ prévient pourtant que ce roman est une « oeuvre de génie » mais comme je me méfie des boniments des marketeurs, j’ai débuté ce livre innocemment, m’avouant bien au fil des pages, que j’étais effectivement en possession d’un chef d’oeuvre !
rohinson-mistry
Couverture du roman de Rohinson Mistry, L’équilibre du monde

La dernière page lue et relue, je me précipite sur internet pour vous jeter mes premières impressions sur ce passionnant roman… Sans aucun recul, une boule dans la gorge retenant mes larmes… Absurdité, surréalisme sont les premiers mots qui me viennent… Cruauté, déterminisme, ironie du sort suivent.

Même si L’Equilibre du Monde se déroule dans les années 70 en Inde, il est facilement transposable en France en 2007 où pour survivre, il vaut mieux également suivre les rangs.

Rohinton Mistry dresse le portrait de gens simples et ordinaires, qui, chacun à leur niveau, tentent de se construire un petit univers douillet en marge des conflits politiques qui submergent l’Inde à cette époque.

Entourés de nombreux personnages secondaires (l’homme aux singes, Ver de Terre le cul-de-jatte, le coupeur de cheveux…), quatre personnages principaux :

  • Dina, brillante femme qui subit le décès accidentel de son jeune époux et qui refuse de se remarier ; au fil du temps, elle s’endurcit et s’isole… Seuls Om et son oncle Ishvar, deux tailleurs qu’elle embauche et le jeune étudiant Maneck, son hôte payant brisent son lugubre quotidien le temps d’une année décisive pour tous.
  • Issus de la caste des tanneurs, Om et Ishvar parviennent à s’élever à celle des tailleurs au prix de sacrifices et de punitions infligées par les hautes castes qui voient dans leur évolution sociale, un affront. Effectivement, dans cette société rigide et codifiée, les deux tailleurs font fi de leurs rêves pour s’adapter…
  • Maneck, étudiant en climatisation et réfrigération, élevé au grand air, dans les montagnes de l’Himalaya, est celui qui a le plus brillant avenir devant lui.

Pourtant teinté d’un profond humanisme, dans ce roman écrit par un indien qui vit aujourd’hui au Canada, seuls les opportunistes, les nantis et les moutons prospèrent. Cynisme ? Fiction ? Réalité ? Est-il possible de rester droit et honnête sans se faire broyer ou sans passer pour un raté parce que son évolution dans la hiérarchie sociale stagne ou est plus lente ? L’argent et l’origine sociale priment-ils sur la culture et l’éducation ? Rester si Sarko passe ou s’expatrier ?

Même si vous ne connaissez pas l’Inde, je vous recommande vivement ce livre qui résume parfaitement l’absurdité de notre monde et nous invite pour vivre bien à trouver le fameux équilibre entre le désespoir et l’espoir… Cela me rappelle, un ami, qui me disait lorsque j’avais des coups de blues :  » Ne dois-tu pas connaitre des malheurs pour mieux mesurer ton  bonheur ? »

Je profite de cette note pour mettre en lumière toutes ces âmes que je croise au gré de mes pérégrinations indiennes avec un regard de plus en plus différent… pour mieux dire… avec de moins en moins d’indifférence. Je me surprends même à imaginer leur vie comme s’ils étaient des personnages de Rohinton Mistry.

 

3 pensées sur “L’équilibre du monde de Rohinton Mistry

  • 1 mars 2007 à 03:58
    Permalink

    @ Frederic : Merci ! Ca va effectivement mieux… 🙂
    @ Emilie : Vu qu’il pleut et que le brouillard empeche de voir moins de 5 metres, je t’envoie une version « Un livre, un jour » de la note. C’etait prevu… 🙂
    Je te le conseille vivement, quand tu entres dedans (assez rapidement) et que tu comprends les enchevetrements entre les uns et les autres, impossible de t’en defaire !

    Répondre
  • 1 mars 2007 à 02:58
    Permalink

    Oh mais ne t’excuses pas, moi aussi (marketeuse ou pas…je suis avant tout une lectrice) et je me méfie des quatrième de couverture trop alléchante (je me dis d’un air suspect: « Hummm ça cache un loup?!?). En tous cas, ça me donne bien envie de le lire (dès que j’aurai fini « God save la France », je le chercherai). Et tu sais que ce billet ferait une très belle fiche de lecture pour « Un livre, Un jour »??? ;))
    Bises et merci pour ces photos.

    Répondre
  • 28 février 2007 à 11:07
    Permalink

    Content de voir, que tu vas mieux.
    et que tu as quitté le monde « liquide »
    amuse toi bien….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :