Nouveau lieu saint en Inde

« Pour les hindouistes, tous les êtres vivants sont assujettis au cycle des réincarnations successives « samsara », duquel ils peuvent être délivrés « mukti » pour atteindre la dissolution dans le divin et la fusion avec la conscience cosmique « nirvana ».

La qualité de la renaissance dépend du karma, c’est-à-dire de la qualité des actes commis durant la présente vie ainsi que les vies antérieures. Il est possible d’échapper à ce cycle par la pratique de la charité, de la dévotion, du renoncement et de la méditation. Les renonçants, également appelés sadhu ou affectueusement baba, coupent alors tout lien avec leur famille pour parcourir les routes de l’Inde et du Népal, vivant grâce aux dons des dévots.

Des raisons moins spirituelles comme fuir sa caste  – les saints hommes ne reconnaissent pas ce système – échapper à une situation familiale pénible mais aussi de la part d’une femme à l’infamie du veuvage incitent certains Indiens à opter pour cette voie.

Au nord de l’Inde, à Khajuraho, une petite ville du Madhya Pradesh, vivait depuis des décennies, sous une tente au pied d’un temple dédié à Shiva, un homme saint que les habitants appelaient Babaji.

L’année dernière, mon jeune ami Dinesh m’avait demandée de l’accompagner au temple. Ce jour-là, j’avais rencontré Babaji pour la première fois. Il paraissait si vieux avec son teint cireux et ses membres décharnés… 110 ans selon les uns, 120 selon les autres. Allongé sur un matelas au sol, une femme lui massait le dos : la croyance veut que les sadhus aient certains pouvoirs. Babaji n’était pas de ceux qui sont capables d’entrer en lévitation ou vivre sans manger. Babaji avait le pouvoir de guérir les femmes stériles.

De retour à Khajuraho, cette année, j’ai été contente de constater que Babaji était toujours en vie. Je m’étais prise d’affection pour ce sadhu, adulé par les pèlerins qui ne manquaient jamais de le saluer avant de pénétrer dans le temple. Babaji était continuellement entouré de femmes qui le choyaient dans l’espoir d’une grossesse miraculeuse.

Une semaine après mon arrivée, une fête locale dédiée au dieu Shiva attira tous les hindous des villages environnants…

Certains ont débarqué en rampant. Les femmes portaient leur plus beau sari. Des bracelets multicolores, des bagues d’orteils, des couronnes dentaires, des herbes aux effets magiques, des images pieuses, des noix de coco par milliers… Luxuriants étaient les étals pour ce jour de fête. Le temple n’a pas désempli de la journée. Légèrement devenue mystique en cette fin de voyage, j’y étais allée à l’aube : je n’avais, bien sûr, pas manqué de saluer Babaji, regrettant d’avoir encore oublier mon appareil photo.

A 18h30, lorsque la dernière puja de la journée s’est achevée, Babaji est décédé : il a atteint la délivrance.

La triste nouvelle s’est rapidement propagée. Un attroupement d’hommes, de femmes, d’enfants s’est formé devant la tente du sadhu. La police a commencé à installer des barrières et à ordonner à la foule de former une file d’attente. Le maharadja de Khajuraho, accompagné de sa mère éplorée, fut l’un des premiers à se recueillir devant la dépouille de Babaji. Les cameramen ont essayé de se frayer un chemin parmi les pèlerins. Des hommes se sont armés de pelles et de pioches pour  creuser la tombe. Un moustachu a installé une sono, devenant de fait l’animateur des funérailles. Des sadhus sont apparus et ont monté un campement sauvage. Les femmes, exceptionnellement autorisées à sortir de chez elles, se sont réunies et ont entonné des chants. Certaines pleuraient. Les magasins ont baissé les rideaux. Les rabatteurs et arnaqueurs ont fait une pause. Quant aux touristes, ils ont continué de visiter tranquillement les temples aux sculptures érotiques, principale attraction de la ville, sans comprendre l’agitation mais regrettant de ne pas pouvoir faire de shopping.

Babaji a donc été enterré : le corps d’un sadhu n’est pas soumis au rituel de crémation, car il est dit que l’ascèse  – tapas qui signifie aussi « feu » – brûle toutes les impuretés.

A la fin de l’inhumation, les hommes sont repartis vaquer à leurs occupations, les femmes  à leurs fourneaux. J’ai compris que je venais de partager un moment fort de la vie de ces villageois.

Une photo de Babaji orne désormais les grilles d’entrée du temple, devenu « un nouveau lieu saint. »

4 pensées sur “Nouveau lieu saint en Inde

  • 21 juillet 2008 à 11:37
    Permalink

    Et bien j’espère que j’en aurais autant à raconter lors de mon prochain et surtout premier voyage du genre.
    Très beau site de voyage

    Répondre
  • 27 mai 2008 à 12:34
    Permalink

    Bravo pour votre blog, c’est un superbe espace de découverte!

    Répondre
  • 17 mai 2008 à 08:15
    Permalink

    Bonjour et merci beaucoup pour votre commentaire. A mon tour de vous féliciter pour votre site! Je viendrais vous rendre régulièrement visite!
    Voici, comme vous me l’avez demandé, l’adresse de mon myspace:
    myspace.com/agnesvillani et celui de mon fils: myspace.com/benjaminfranoel
    Au plaisir!
    Agnès

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :