Vis ma vie de maharani * à Udaipur

Udaipur ou comment j’ai pêché par luxure…

Explosion du budget quotidien (jusqu’ici 11 euros/jour) mais Udaïpur est mon ultime étape au Rajasthan : il m’était inconcevable de ne pas m’offrir un ou deux petits luxes. Ne serait-ce que pour vous conter une autre Inde… Bon, OK, je cesse de vous utiliser comme alibi et à défaut d’une bonne entrecôte et d’un petit verre de Brouilly,  j’avoue que j’avais envie, en bonne touriste que je reste, de mettre du beurre dans les épinards.

La journée a donc débuté par une promenade sur le lac Pichola (4km de long sur 3 de large) au centre de la ville, ce qui vaut à Udaipur le surnom de Venise indienne. Nous avons fait une escale sur l’une de ses deux îles : Jagmandir avec un palais édifié par le maharaja Karan Singh en 1620. L’empereur mongol Shah Jahan y séjourna en 1623-1624 alors qu’il se rebellait contre son père, Jahangir, et s’en serait inspiré pour le Taj Mahal. Aujourd’hui, l’île comporte un restaurant aux tarifs européens et à la vue imprenable sur la ville, notamment un ilot au large sur lequel j’ai longuement fantasmé… car avec uniquement une table et deux chaises prêts pour un romantique dîner entre amoureux.

piscine-shiv-niwas-palace
Piscine du Shiv Niwas Palace

Dans l’après-midi, j’ai continué en m’offrant un coca (le tarif d’une nuit d’hôtel mais plus rationnellement seulement 3 euros) dans le second plus réputé palace de la cité : le Shiv Niwas Palace qui jouxte l’imposant City Palace, plus vaste palais du Rajasthan qui comprend outre un musée, les appartements privés du maharaja. Résidence destinée autrefois aux hôtes du maharaja, le Shiv Niwas Palace, aussi sublime palais, abrite notamment un salon qui semble avoir été figé depuis le départ des Britanniques… Malgré son air quelque peu défraîchi et une dose de kitsch indien, il y régnait une atmosphère agréable… comme si le temps s’était arrêté ! Seule cliente, le maître d’hôtel était à mes petits soins et à sa demande, nous avons improvisé une petite séance photos (il a refusé que je le photographie à mon tour… peut être à cause de sa trop pressante prévenance ?). Dommage que l’eau de la somptueuse piscine en marbre était trop fraîche pour un bain car avec les températures estivales (28 degrés), un petit plongeon ne m’aurait pas déplu…

ile-jagniwas
Ile Jagniwas

Ainsi, telle une maharani, j’ai effleuré une autre Inde… Pourtant le comble du luxe à Udaipur est ailleurs : il se situe plus précisément sur l’autre île du lac Pichola, l’île Jagniwas (1.5 ha) qui est occupée dans sa totalité par LE palace : le Lake Palace Hotel, celui-là même où James Bond réside dans Octopussy (film présenté chaque jour à 19 heures dans de nombreux restaurants). Résidence de maharadjas transformée en hôtel de luxe, l’accès au Lake Palace Hotel est limité aux seuls résidents (de 375 la double à 1100 USD la suite). La seule option pour les non-résidents est d’y déjeuner ou d’y dîner, ce qui reste un luxe abordable pour nous occidentaux puisque cela équivaut à 30 et 60 euros (un employé indien gagne environ 100 euros/mois, un chauffeur de taxi, 50 et un agriculteur, 25 centimes par jour).

danseuse-rajasthan
Danseuse du Rajasthan

J’ai terminé la journée par un spectacle de danses rajasthani dans un magnifique haveli (espèce de caravansérail) du 18ème siècle avant de dîner dans un hôtel catégorie moyenne avec de sympathiques alsaciens qui m’invitent à passer la journée de demain avec eux… et leur voiture/chauffeur dans les environs d’Udaipur.

* une maharani est l’épouse d’un maharaja

ACTUALISATION LE 22 JANVIER : Ma vie de princesse a continué en compagnie des charmantes Sophie, Marie ainsi que de Thierry qui nous a, toutes les trois, invitées à dîner (et le lendemain à déjeuner avant son retour en France) en compagnie de son hôtelier sur une mini-terrasse au sommet du toit de son hôtel, le Shree Jadish Mahal, un superbe haveli au coeur de la vieille ville transformé en palace (avec des chambres d’amoureux à 80 euros la nuit). La vue sur le City Palace illuminé était magique. La nourriture à tomber… D’une finesse… Merci ! Merci ! Merci !

danseuse-udaipur

8 pensées sur “Vis ma vie de maharani * à Udaipur

  • 24 janvier 2007 à 13:02
    Permalink

    @ Thierry : Mais tu reviens en mars, non ? 🙂 Encore merci, c’etait formidable ces deux jours !!! Des que j’ai un peu de temps, je cree une rubrique pour les internautes rencontres sur la route et invite plus explicitement mes lecteurs a decouvrir les noix de lavage !

    Répondre
  • 24 janvier 2007 à 02:34
    Permalink

    Bonjour Céline,
    Ca y est je suis rentré. Il fait bien froid ici, je regrette déjà l’inde !
    Bonne continuation
    A plus

    Répondre
  • 22 janvier 2007 à 02:31
    Permalink

    @ Marie : je viens de pousser un petit cri dans le cyber… Il ferme !!!! Serieux ? Comment cela va t il se passer pour toi !? Envoie moi un mail… Don’t worry, envisage un beau voyage avant de partir pour de nouvelles peregrinations professionnelles… Ca aide…

    Répondre
  • 21 janvier 2007 à 15:56
    Permalink

    Hello le Belle hindoue…
    je te suis avec toujours autant de plaisir… je reconnais certains lieux, c’est fou de t’imaginer là bas… l’Inde me manque follement, enivre toi d’elle !!!
    Bois un tchaï à ma santé à l’occaze, je suis au chomdu dans deux mois, HPC ferme ses portes et révérence tout le monde !!
    Prends soin de toi,
    Biz+++ Marie

    Répondre
  • 21 janvier 2007 à 01:19
    Permalink

    @ Claude : Bienvenue sur ce blog ! Si je peux te donner envie de voyager en Inde… J’ai quelques bonnes adresses maintenant !
    @ Emmanuel : C’est pourquoi je m’apprete a visiter le Taj Mahal… Les australiens et sud coreens me manquent ! 🙂
    @ Marouschka : J’ai deja la robe tibetaine alors le sari… A suivre !

    Répondre
  • 19 janvier 2007 à 18:08
    Permalink

    J’ai découvert ton blog il y a quelques jours et j’adore. Je ne suis jamais allée en Inde, alors j’imagine 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *